millesime
bettane
biodynamie
cc

Grands vins de Châteauneuf-du-Pape domaine SAINT PREFERT

SAINT PREFERT, nouvelle icône de Châteauneuf-du-Pape

Isabel Ferrando a amené à un niveau exceptionnel ce domaine historique de l'appellation, situé dans le quartier des Serres. Aidée à ses débuts par l’icône de Châteauneuf-du-Pape, Henri Bonneau, Isabel Ferrando construit des grands vins de garde, combinant finesse et intensité aromatique propre aux grands Châteauneuf. Toutes les cuvées méritent qu'on se les approprient. 2015, 2016 et 2017 sont exceptionnels. Depuis 2007 j'achète les vins du domaine pour ma consommation personnelle.
*Avec Colombis et Collection Charles Giraud nous sommes dans le meilleur de Châteauneuf-du-Pape. Colombis est le fruit d'une parcelle de grenaches de plus de 60 ans ; c'est un vin qui développe avec les années une grande finesse et une grande intensité aromatique. Collection Charles Giraud est un assemblage de 55% grenache et 40% mourvèdre ; il sera donc plus puissant et complexe et d'une grande élégance après quelques années en cave ! L'ensemble de la production obtient des notes exceptionnelles, les prix rejoignent cet incontestable succès. Pour attendre goûtez Charles Giraud 2013 ou 2014 tous deux également excellents voir exceptionnels.

Le Domaine de SAINT PREFERT a été créé il y a près d’un siècle par un formidable connaisseur de vins, Fernand SERRE, pharmacien en Avignon. Excellent vigneron, Fernand SERRE fut un précurseur pour la renommée de cette appellation. Saint Préfert fut l’un des premiers domaines de Châteauneuf du Pape à commercialiser son vin en bouteilles dans les années 1930 et à conquérir des marchés lointains. Le domaine de SAINT PREFERT, depuis 2003 avec Isabel FERRANDO, perpétue aujourd’hui encore le même savoir faire dans l’amour de la vigne et du vin.

Isabel Ferrando suit ses rêves; à 34 ans elle quitte la banque et pendant deux ans suit une formation au lycée viticole de Carpentras. En 2002 elle acquiert le domaine de Saint Préfert. Aidée à ses débuts par l’icône de Châteauneuf-du-Pape, Henri Bonneau, Isabel Ferrando construit des superbes vins de garde, combinant finesse et intensité aromatique propre aux grands Châteauneuf.


Sol et sous-sol, structure, sédimentation, carence hydrique et minérale, tout ici se conjugue pour obtenir la concentration, la finesse et influencer le vieillissement. Une histoire très ancienne remontant au quaternaire et aux sédiments du Rhône tout proche. Une union géologique pour un vin d’exception car la qualité du sol détermine la réussite du cépage. À SAINT PREFERT, la conjonction d’un terroir de très haute qualité et d’un encépagement original donne à sa production une personnalité provençale unique.

Ce sont treize cépages complantés dans plus de 20 parcelles entretenues comme un jardin. Le grenache domine avec 70 % de plants. Ce cépage donne une complexité aromatique, une longueur, une élégance, des tanins fondus sans équivalent. Son potentiel qualitatif oblige à des rendements très bas. La maturation est plus précoce que celle du Mourvèdre, présent à raison de 15%. Joyau noir des grands vins de Bandol, le mourvèdre apporte structure, richesse et velouté, sublimés lors de l’assemblage par sa fraîcheur avec le grenache. Cette association subtile, cette complémentarité parfaite, confère à SAINT PREFERT sa touche si particulière, faite de puissance et d’élégance. Une signature unique et intemporelle.


SAINT PREFERT est l’une des très rares propriétés d’un seul tenant où le parcellaire est identique depuis 1932, et le vin intimement associé au maintien de son patrimoine génétique. Depuis plus de dix ans, un travail spécifique a été réalisé pour fournir à la propriété son propre matériel végétal. La sélection massale est pratiquée sur le Mourvèdre à partir de très vieilles vignes, très résistantes, dont certaines ont été plantées en 1920 et sont toujours en production. Elles possèdent toutes les qualités pour faire un très grand vin : petites grappes lâches, petites baies bien colorées réparties harmonieusement, pieds faiblement producteurs. L’âge moyen élevé du vignoble, plus de 60 ans, génère naturellement une production limitée : 25 à 35 hectolitres à l’hectare. Ainsi, s’il y a quatre fois plus de permanents dans la vigne que dans les chais, c’est parce qu’un grand vin se révèle d’abord à la vigne. Quatre labours au cours du cycle végétatif, le refus des herbicides, ce sont mille gestes indéfiniment répétés tout au long de l’année, des saisons et des jours d’un grand cru d’exception.