Thierry GERMAIN au Domaine des Roches Neuves décroche sa 5ème étoile au guide Bettane & Desseauve et rejoint l'élite des vins de Loire, tel Daguenau ou Clos Rougeard.

J'ai dégusté récemment deux vins du Domaine des Roches Neuves lors d'un séjour dans un hôtel de la Forêt Noire. Le premier La Marginale et le second les Mémoires : deux vins exceptionnels exprimant la communion parfaite du terroir et du vigneron, des vins riches, gourmands, fruités, élégants et purs avec une belle tension. Au firmament de l'appellation Saumur Champigny, Thierry Germain exploite depuis 1992 le Domaine des Roches Neuves, un vignoble de 22 hectares en biodynamie. Ses vins, concentrés et suaves, fruits d'une vinification aux choix originaux sont insolites avant d'être uniques. Toute la personnalité originale de leur créateur se trouve ici merveilleusement exprimée.

Au gré de nombreuses discussions et de mûres réflexions concernant l'élaboration du vin Thierry Germain a pris conscience des difficultés d'épanouissement de l'Homme dans une société toujours plus standardisée. La vie tend à ne plus être spontanée, différente, extraordinaire. Il en va des vins comme de la vie, la négation des terroirs qui s'opère à travers la mondialisation leur enlève toute typicité. Depuis plusieurs années, des amis essayaient de me faire comprendre la logique d'un nouveau courant de pensée, d'une nouvelle philosophie de la vie. Formaté à une toute autre pensée, il a pris le temps d'écouter, de comprendre et d'apporter sa contribution aux réflexions de ces confrères. Il a réalisé que sa façon de cultiver, certes qualitative, était toutefois dépourvue d'émotions. Décidé à tout oublier pour réapprendre à penser, Thierry Germain s'est tourné vers la culture biodynamique.


"Nous avions une vision erronée de la plante. Nous ne voulons pas prendre de risque, mais est-il vraiment possible de réaliser de grandes choses sans prendre de risque?  Nous devons nous transcender, agir avec passion pour que nos vins puissent respirer et faire vibrer les gens qui les dégustent. Je suis maintenant conscient que seule notre nouvelle philosophie peut nous amener à la réalisation de grands cabernets proches de leurs terroirs, fins, élancés, frais, vifs, dynamiques et gourmands.

L'imperfection est la perfection : cette approche de la vigne ne peut être viable que si nous formons une équipe soudée car nous devons réapprendre à cultiver et observer, rester humbles devant chaque parcelle de vigne dont chacune est unique. L'équilibre parfait de chacune d'entre-elles sera la conséquence d'une culture personnalisée et appropriée, loin de la systématisation de traitements globaux. Il faut observer la vigne au jour le jour, anticiper ses problèmes, re-dynamiser le sous-sol, revitaliser la plante afin qu'elle puisse revenir à son origine, simple liane.


Nous devons être spectateurs avant d'être acteurs : Peut-on imaginer un dialogue entre l'espèce végétale et l'espèce animale. Comment décrire ce que nous ressentons au milieu de nos ceps de vigne? C'est ce que j'essaie aujourd'hui d'exprimer à ma clientèle. On ne peut affirmer que le fait d'être passés en biodynamie nous a ouvert les yeux sur un monde nouveau. Je pense simplement que nous portons un autre regard sur notre travail et que le monde végétal nous guide enfin dans notre façon d'agir. Ne faire qu'un avec la plante et son terroir, voilà notre objectif, et le faire partager au plus grand nombre. Il faut croire en ses rêves et se donner les moyens d'aller au bout de ses convictions. Jusqu'à ce jour, la terre a avalé trop de substances dangereuses. Elle s'appauvrit, perd toute son identité. Nos terroirs, vieux de plusieurs millénaires, sont en train de perdre vie. Si rien ne se fait, nos enfants ne pourront plus déguster la quintessence de nos vignobles. Il nous fallait donc prendre ce virage pour laisser une chance de continuer notre travail. Le plus important c'est la compréhension de cette culture car elle est personnelle et doit venir de l'intérieur. Elle ne peut être enseignée mais seulement transmise, et c'est là toute sa magie. C'est la plante et non la chimie qui fait le vin : seul un breuvage naturel nous rapprochera de ce que nous recherchons tous, la convivialité dans la dégustation".